Le altre lingue: Poeti del Québec – Louise Dupré

Settimo capitolo della rubrica “Le altre lingue”. Il poeta del Québec selezionato da Francis Catalano è Louise Dupré. Buona lettura.


Le altre lingue: Poeti del Québec (7)

Louise Dupré

Poèmes tirés de Tout près
(Montréal, Éditions du Noroît, 1998)

1

Je ne suis de nulle part quand le ciel rétrécit, d’aucune forêt, d’aucune ville, comme une femme assise dans sa petitesse de femme et qui cherche son visage à travers une fenêtre camouflée. Là, dans le souvenir de ma mort, de l’instant exact où la respiration m’a quittée, je me berce sans faire de bruit, surprise de me retrouver intacte dans la volonté du monde, d’offrir mon nom à la morsure du soleil. Car il fait jour encore même si le jour a cessé et je veille devant les bouquets des cimetières. Je me veille, tranquille, parmi tant d’autres âmes qui n’ont pas su résister.

2

Autour, trop de drames qu’il a fallu dérober, trop, tellement trop de silence. Comme si, à révéler la misère des humains, je risquais d’être abandonnée à la dévoration, ventre ouvert sur la place publique, viscères que fouillent des bêtes voraces. Et pourtant, écrire commence par la honte d’une mort sordide, la sienne, toujours, quand la main gauche, hésitante d’abord, se cramponne à une vérité, quand elle se coupe de son corps d’enfance, du blanc opaque qui enveloppe la mémoire.

Écrire commence par une trahison.

3

Et j’entre dans la chevelure défaite des jardins, le soir, avec ces lampes illuminant les saules et la paresse de l’air contre la rocaille, puisque tout dort, les enfants, les oiseaux des contes et leurs chants plus vastes que les images. Et je songe à l’amour pour retenir l’été entre mes jambes, je dis utopie en pensant liberté, cette longue patience égarant chaque fois la mélancolie sous des mots sans espoir auxquels je voudrai croire, pourtant, jusque dans ma poussière éternelle.


Louise Dupré ha pubblicato una ventina di titoli, che le hanno valso numerosi premi e segnalazioni. Per le Éditions du Noroît sono uscite le raccolte poetiche Noir déjà (1993), Tout près (1998), Une écharde sous ton ongle (2004) e Plus haut que les flammes (2010). Quest’ultima ha ottenuto il Grand Prix Québecor del Festival Internazionale della poesia di Trois-Rivières e il premio del Governatore Generale del Canada. È altresì autrice di libri d’artista, romanzi, racconti. Nel 2014 ha pubblicato con Héliotrope, il racconto L’album multicolore. Il testo teatrale Tout comme elle (Québec Amérique, 2006) è stato messo in scena da Brigitte Haentjens a Montréal nel 2006. Suoi lavori sono stati tradotti in diverse lingue. È membro dell’Accademia delle Lettere del Québec. Nel 2014 ha ricevuto l’Ordine del Canada “per il suo contributo alla letteratura quebecchese come poeta, romanziera, drammaturga, saggista e insegnante”.

(Trad. Laura Liberale)


In copertina: Louise Dupré (Foto di Toma Iczkovits ©).

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *